Le Client au noir: Finaliste du Prix Zadig de la Nouvelle Policière 2018 by Antoine Dynt

Choose a shelf or add to a new one
Recommend

Recommend and receive 50% of the profit on any sale you generate

Le Client au noir: Finaliste du Prix Zadig de la Nouvelle Policière 2018

Un étrange rendez-vous dans un parking sous-terrain, un jeune patron veuf depuis peu, une mort non naturelle... Il n'en faut pas davantage pour qu'Anne-So se lance dans une nouvelle enquête !

Le client a fixé le rendez-vous en pleine nuit, au deuxième sous-sol d’un parking de banlieue bourgeoise, pistolet en poche et certain de ne pas être dérangé. Petit patron prospère, veuf depuis quelques jours, il avait fondé sa boîte avec sa femme comme associée. Mais quand elle a voulu divorcer, il ne l’a pas supporté.
Anne-So n’a pas hésité à venir. Récemment reconvertie en détective, elle sait pourtant que la mort de l’épouse rebelle n’est pas un accident. Mais le rassurant profil BCBG de l’enquêtrice dissimule un parcours plus sinueux, et elle a accepté tous les risques : couvrir le client meurtrier, effacer les traces, travailler clandestinement. Et, forcément, être payée au noir.
Pourquoi s’inquiéter ? Entre gens du même monde, tout devrait bien se passer ? De toute façon, elle n’a pas tellement le choix.
C’est elle qui raconte le dangereux face-à-face, avec une surprenante tendance à divaguer de digression en digression…

Plongez-vous sans plus attendre dans cette nouvelle palpitante aux côtez d'Anne-So sur les traces d'une curieuse mort. Immersion dans un monde BCBG où les apparences sont parfois trompeuses !

EXTRAIT

C’est à ce moment-là où j’ai compris que j’aurais beau être aussi polie que possible avec ce connard, m’échiner à être d’accord avec lui sur sa sale gouine d’épouse, être d’accord avec lui sur les sales gouines en général, être d’accord avec lui sur l’indissolubilité des liens du mariage, sur les règles d’éducation des enfants et être d’accord avec lui sur le respect de la vie privée des gens bien… quoi que je dise et quoi que je fasse, je me retrouverais quand même du mauvais côté.
Du côté des femmes battues qui l'ont bien cherché. Du côté des gouines qui feraient mieux de ne pas trop la ramener. Du côté de la crémerie dont on peut changer au premier lait caillé. De la bonniche à qui on paie son avortement et un petit bonus pour qu’elle disparaisse. De la connasse de chef de pub prétentieuse qui croit qu’elle peut refuser de se faire piquer son taf par le nouveau boss. Des ouvriers anonymes qu’on optimise en les remplaçant par des Bangladais. Des soi-disant réfugiés politiques qu’on laisse crever en mer parce que ça serait vraiment trop chiant de les voir crever de faim chez nous… Et, pour en revenir à l’affaire, du côté des deux fuyardes qu’il a laissées griller vives, coincées dans leur bagnole. Et surtout, du côté des potentiels maîtres chanteurs, qu’il faut bien faire taire préventivement.
J’étais sa variable d’ajustement. Quelqu’un qui ne compte pas.
Tout ça, bien sûr, je savais que ça existait. On m’a appris que, hélas, c’est comme ça que le monde marche, que ça a toujours été comme ça et qu’on ne peut rien y faire. Mais que, bon, en fait, ce n’est pas si grave, dans la mesure où, heureusement, les gens comme moi ne sont pas concernés. Les gens bien. Les gens qui comptent.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Antoine Dynt adore les activités techniques pointues aux intitulés obscurs. Il a été ou est toujours secrétaire de rédaction, documentaliste militaire, étudiant attardé, formateur bureautique, chargé d’études, cofondateur d’un site web de théorie rôlistique, tuteur universitaire, et finalement consultant en informatique décisionnelle. Quand tout ça se bouscule un peu trop dans sa tête, il invente des personnages tordus aux histoires noires et burlesques.

Publisher: Primento Digital Publishing ISBN: 9782378735388 Pages: 48