Les autres, ça me tue !: Nouvelle noire by Frédérique Trigodet, Noire sœur

Choose a shelf or add to a new one
Recommend

Recommend and receive 50% of the profit on any sale you generate

Les autres, ça me tue !: Nouvelle noire

Pour cette irascible, « l’enfer c’est les autres », alors elle procède au « nettoyage » des voisins…

Mes voisins sont odieux.
Par exemple, je déteste la greluche anorexique du rez-de-jardin avec son air suffisant et ses mines de petite fille à maman. Elle ne sourit jamais, à croire que la sympathie est en option sur les spécimens de pimbêches. Idem pour la modestie. Elle adore faire du bruit avec ses chaussures parce que ça fait dame. Ses talons martèlent sèchement la cour, les couloirs, les escaliers, chaque soir, chaque matin, chaque jour… Sauf le dimanche. Les fins de semaine, Mademoiselle retourne se réfugier dans les jupes maternelles en emportant linge sale et tupperwares. Et comme la vie est dure avec les jeunes femmes actives, citadines et célibataires, elle en profite pour renflouer son porte-monnaie.

Dans un style alerte où l’humour noir affleure, Frédérique Trigodet nous conte les déboires de nos contemporains empêtrés dans leur vie ordinaire. Une auteure de talent à suivre…

EXTRAIT

Je n’aime pas les bricoleurs du dimanche, du lundi soir ou du jeudi qui paraissent ne posséder que des perceuses et des marteaux dans leurs caisses à outils. Et parfois une ponceuse bien bruyante, au son le plus strident possible… Car tout le monde doit être en mesure d’entendre et de comprendre que le bricoleur bricole. Ça fait partie de son plaisir.
Il semblerait que le cerveau des bricoleurs soit équipé d’un stock limité de neurones. Pourquoi faut-il que ces gens-là effectuent des travaux aux mêmes heures, les mêmes jours, toujours avec le même outil ? Jeudi soir, dix-neuf heures deux : une minute douze de perceuse suivie, à dix-neuf heures trente-trois, d’une séance de marteau : huit salves de sept coups. Même chose le dimanche. Je ne préfère pas imaginer la teneur de leur vie sexuelle. « Poussin… Il est vingt-deux heures onze… C’est l’heure du coup de marteau… Oh non, chéri, fais-moi plutôt la perceuse !… Tu sais bien que ça m’excite… ».

A PROPOS DE L’AUTEUR

Collectionneuse de petits boulots le jour (nounou, pigiste, animatrice…) Frédérique Trigodet écrit des nouvelles le soir, voire la nuit. Le reste du temps, elle se dope au café dans les bars et rêve d’habiter en Bretagne, si possible au vert. Collectionneuse de surnoms (Fred ou SuperNounou au quotidien, EmmaBovary sur le net, « Madone des bistrots » pour Sylvette H.). Elle a toujours un mal fou à trouver des noms pour ses personnages. Elle est collectionneuse de publications en revues ou recueils collectifs ainsi que de lettres de refus d’éditeurs. Elle a animé le fanzine littéraire « Pr’Ose ! » (nouvelle et texte court) pendant huit ans. Elle est aussi collectionneuse d’instants et de mots (le « éparpillé façon puzzle » d’Audiard dans « Les Tontons flingueurs » par exemple…).

Publisher: Primento Digital Publishing ISBN: 9791023402452 Pages: 16